Accéder au contenu principal

Le GP de France au Mans

MotoGP 2023 au Mans : Inoubliable, podium de Zarco !

Bezzecchi gagne (il a doublé Marquez de façon rude mais le Bugatti n’est pas un parc de jeux pour enfants) sa deuxième victoire de l’année, décidément le team VR46 sur Ducati ça roule sacrément ! Et c’est encore un duo pilote et moto italiens qui l’emporte… Le podium ? La foule, on a dépassé le record absolu de spectateurs sur un GP, totalement en délire, a vu Zarco terminer sur le podium, celui-là restera légendaire, jamais un Français n’a gagné un GP au Mans en MotoGP, il faut remonter à 1954 à Reims avec Pierre Monneret, qui avait d’ailleurs aussi gagné le même jour en 350.

On peut aussi commencer par le début, avec un holeshot magnifique de Marquez, qui se fera passer un peu dur par Bezzechi, qui s’offrira une baston phénoménale avec un autre guerrier, Jorge Martin. Il finit par chuter à deux tours de la fin, dommage mais il n’a pas raté son retour ! Il y aura deux accrochages violents mais sans faute, des incidents de course mais encore une fois le Bugatti ne fait jamais de cadeaux, c’est d’ailleurs une autre raison de son succès, c’est un circuit de pilotes… Vinales et Bagnaia se heurtent deux fois et ça finit au tas, Bagnaia veut mettre des coups de poing à Vinales, il est ridicule. Pas content on comprend mais c’est un incident sportif et rien d’autre. Autre accrochage entre Marini et Alex Marquez, lui est resté un moment sur la piste et sur la trajo, là ça pouvait être effroyable mais le destin ne l’a pas voulu et tant mieux.

Alors les Français ? Ils partaient un peu loin, Zarco neuf et Quartararo treize, c’est sûr que le balayage devant aide mais pour être bien placé dans un GP il faut d’ailleurs le finir. Donc les chutes devant donnent aussi la vérité du pilotage, celui qui reste en piste est un très bon. Zarco termine trois et Fabio sept. Quartararo est évidemment déçu, Zarco est aux anges, en plus il est cinq au général, belle journée sur un GP historique. Jour qui aurait pu être énorme pour KTM mais Miller chute, Binder se prend un long lap en dépassant Miller. Ce qui sauve la marque est le team satellite français Tech3 (Gas Gas) dont le pilote Fernandez, un rookie, termine quatre. Et Binder est quand même six mais il loupe de très gros points. Alors si Bezzecchi remonte à un point de Bagnaia au général, Binder en reprend un peu mais est encore à treize points de l’Italien.

Une belle occasion de remontée loupée… Aprilia était en mode winner avec Vinales mais l’histoire s’est terminée dans le sable avec Bagnaia. Aleix Espargaro termine cinq. Certes le podium est totalement Ducati (Bezzecchi, Martin, Zarco) mais les trois suivants sont une KTM/Gas Gas, une Aprilia, une KTM, celle de Binder.

En Moto2, Lowes tombe puis arrive un triple accrochage, drapeau rouge avec autorisation à tous de reprendre la piste si la moto le permet… Les mécanos de Lowes font des prodiges, quand le pilote ressort du stand il y a encore un de ses ingés qui surveille que tout a été vissé correctement mais il loupe la fermeture des stands de 4 secondes !


En Moto3, victoire de Holgado qui met son stand en transes, c’est encore le team Tech3 d’Hervé Poncharal qui marquera ce GP d’une pierre blanche, une autre d’ailleurs, son team existe depuis 1989, il a 34 années de GP au compteur et je crois qu’il n’en a jamais raté un ! Bref pas de victoire française mis une sorte de chair de poule qui a tenu le public en délire durant tout le GP. Bravo à Claude Michy et les 2700 personnes qui ont travaillé sur le circuit pour en faire un must mondial, c’est totalement réussi !

Catégories

Uncategorized

%d blogueurs aiment cette page :