Accéder au contenu principal

L’avenir de l’Enduo du Limousin incertain après les incidents de ce week-end

Pour la première fois de son histoire, l’Enduo d’Aubusson a dû être stoppé samedi soir 5 novembre pour des raisons de sécurité, l’affichage et le balisage de la course ayant été vandalisés. L’avenir de cette course extrême est désormais incertain.

Samedi 5 novembre 2022, alors que l’En’duo du Limousin bat son plein et que 430 motards concourent depuis le début d’après-midi, aux alentours de 19 heures l’annonce tombe : la course est arrêtée« J’ai commencé à avoir beaucoup de retours, de coups de fils de pilotes qui étaient perdus. La nuit commençait à tomber, ça devenait trop dangereux, alors j’ai décidé de stopper », raconte Boris Labrousse, le président de l’Enduro Club Aubussonnais.

Sur les 150 kilomètres du parcours de cette course extrême, le chaos règne. Les balisages et le fléchage ont été arrachés ou déplacés. Résultat : des pilotes se perdent, d’autres se retrouvent en sens inverse et face à face à d’autres coureurs. « Toute l’après-midi, la centaine de bénévoles qu’on avait sur place a essayé de remettre les panneaux, mais ils étaient arrachés au fur et à mesure », poursuit l’organisateur.

« La catastrophe »


Au fur et à mesure que les heures avancent, la situation devient plus délicate. Certains pilotes, complètement perdus, se retrouvent à parcourir plus de kilomètres que prévu :

On en a retrouvés sur les routes, jusqu’à Pontarion. Ils étaient en panne d’essence et complètement épuisés.

Boris Labrousse, organisateur de l’En’duo d’Aubusson

Sur les 150 kilomètres du parcours de cette course extrême, le chaos règne. Les balisages et le fléchage ont été arrachés ou déplacés. Résultat : des pilotes se perdent, d’autres se retrouvent en sens inverse et face à face à d’autres coureurs. « Toute l’après-midi, la centaine de bénévoles qu’on avait sur place a essayé de remettre les panneaux, mais ils étaient arrachés au fur et à mesure », poursuit l’organisateur.

 « La catastrophe »

 Au fur et à mesure que les heures avancent, la situation devient plus délicate. Certains pilotes, complètement perdus, se retrouvent à parcourir plus de kilomètres que prévu : 

On en a retrouvés sur les routes, jusqu’à Pontarion. Ils étaient en panne d’essence et complètement épuisés.Boris Labrousse, organisateur de l’En’duo d’Aubusson

Les trois véhicules de secours de la course ont pris en charge les pilotes blessés ou en hypothermie. Le dernier pilote, légèrement blessé, n’est retrouvé qu’à minuit et demi. « Ça a été la catastrophe, mais c’est un miracle que ça ne soit plus grave », déclare Boris Labrousse.

Des dépôts de plainte envisagés

Selon l’organisateur, c’est la première fois en France qu’une course moto de ce niveau est stoppée pour cette raison. Le club ne veut donc pas en rester là : 

On va réagir aussi. 430 pilotes ont été réorientés avec un risque pour leur vie. Je peux envisager que tous ces pilotes portent plainte. Boris Labrousse, Enduro Club Aubussonnais

La Fédération des Motards de France en soutien à l’organisateur ce portera partie civile dans cette affaire.  

Avenir incertain 

Quant au devenir de cette course extrême, il est désormais incertain. Son organisateur, écœuré, a en effet décidé de jeter l’éponge : « Pendant 8 mois, je me suis battu pour que ce soit une édition irréprochable, mais là, je ne veux plus me battre. Trop c’est trop. Le dossier est clos ».

Le dossier « après-course », en revanche, n’en est qu’au début et le président prévient « moi aussi je suis d’ici et la nature appartient à tout le monde ». L’ambiance s’annonce tendue dans les prochains mois sur le plateau de Millevaches.

Catégories

Uncategorized

Service Communication Tout afficher

Fédération des Motards de France.

%d blogueurs aiment cette page :