Accéder au contenu principal

Johann Zarco n’as pas démérité ce week-end

Pecco Bagnaia a fait l’excellente opération du week-end à Buriram. Une semaine après la chute du dernier tour au Grand Prix du Japon, qui l’avait relégué à 18 point de Fabio Quartararo, il a décroché un podium presque surprenant sous la pluie pendant que son rival souffrait et voyait l’arrivée hors du top 10. Bagnaia revient ainsi à deux petits points au championnat.

L’écart aurait pu être plus gros si Johann Zarco avait pris l’avantage en fin de course. Membre de l’armada Ducati à travers le team Pramac, le Français ne se sentait pas capable de jouer la victoire et craignait une manœuvre trop dangereuse qui aurait pu mal se conclure pour Bagnaia. Ce dernier a confirmé qu’il aurait été difficile pour Zarco de le doubler sans prise de risques puisqu’après avoir résisté à Marc Márquez, il était devenu redoutable au freinage.

« À un moment, j’ai vu que j’avais une seconde d’avance sur Marc et j’essayais de suivre [les leaders] mais ils étaient trop rapides pour moi », a expliqué Bagnaia en conférence de presse. « Marc réduisait l’écart et quand il a essayé de me doubler, j’ai vu que je perdais du temps au freinage. J’ai essayé de faire mieux à ce niveau et je crois que c’est pour ça que Johann n’a pas tenté de me doubler : je pense que j’étais très fort au freinage. Je revenais un peu sur les leaders aux virages 1 et 3. »

« Je pense que c’était un peu trop risqué [pour Zarco de tenter un dépassement] et dans notre situation, c’était bien. J’ai remercié Johann de ne pas avoir pris de risques dans la dernière partie et il m’a dit la même chose, que j’étais rapide, trop bon au freinage et que c’était trop risqué de me doubler. Merci à lui, merci à l’équipe et on peut être très heureux de cette journée. »

Bagnaia a été « aidé » par sa colère après Motegi


Le Grand Prix de Thaïlande s’est terminé sur un sourire pour Pecco Bagnaia mais l’Italien était assez inquiet avant le départ. Qualifié en première ligne et ravi de son warm-up, il a vu l’arrivée de la pluie comme une menace, étant rarement à son aise dans ces conditions. Une discussion avec Jack Miller lui a finalement redonné confiance et a contribué à son bon résultat.

« Sincèrement, je n’étais pas très content. Ce matin, on a testé des réglages pendant le warm-up. Tout était parfait, le meilleur warm-up de ma vie sur le sec ! Tout était prêt pour une course sur le sec. J’étais un peu nerveux quand j’ai vu la pluie arriver et à ce moment là, Jack est venu me voir et m’a dit de plus croire en moi dans ces conditions. Je savais que mon potentiel sous la pluie n’était pas celui de Mandalika ou du Japon parce que l’an dernier, j’étais performant sous la pluie, pas pour jouer le podium mais pour jouer le top 5. »

Deuxième après le départ, Bagnaia n’a pas pu résister à Miguel Oliveira et à Jack Miller mais il a pris l’avantage sur Marco Bezzecchi et a passé l’essentiel de l’épreuve à la troisième place. Le pilote Ducati est fier d’avoir su se remobiliser après son erreur à Motegi.

« Je pense que la colère du Japon m’a aidé à être plus proche [des leaders]. Normalement, Miguel, Jack et Johann sont les trois pilotes les plus rapides sous la pluie. J’étais sûr que c’était une bonne idée de les suivre de près ! J’ai eu du mal avec le pneu avant en fin de course mais je pense que c’était la même chose pour tout le monde. »

Catégories

Uncategorized

Service Communication Tout afficher

Fédération des Motards de France.

%d blogueurs aiment cette page :