Accéder au contenu principal

Magny-Cours présent sur le WSBK

Le Championnat MOTUL FIM World Superbike reprend ses droits ce week-end à Magny-Cours. Si vous deviez placer une punaise au milieu de la France, elle atterrirait presque parfaitement sur le Circuit de Nevers Magny-Cours, mais trouver le juste équilibre pour régler une moto sur ce circuit long de 4.4 km de long est un véritable défi. Damiano Evangelisti, chef mécanicien du GYTR GRT Yamaha WorldSBK Team auprès de Garrett Gerloff, nous donne son point de vue sur ce tracé exigeant. 

AGILITÉ ET GRIP : Crucial pour un chrono rapide

« Il y a beaucoup de changements de direction rapides à Magny-Cours, confie l’Italien. La Yamaha R1 est une moto stable qui se comporte d’ordinaire bien dans les courbes rapides sans perdre l’agilité nécessaire aux changements de direction. Pour ce tracé, nous devrons certainement tester quelques géométries pour le train avant, car il y a de nombreux virages lents, et vous devez y être aussi rapides. Cela dépendra également des pneus avant disponibles à l’allocation. Les températures de la piste et le grip du circuit auront une influence sur nos décisions à ce sujet. » 

Les conditions de piste à Magny-Cours sont toujours cruciales pour le feeling d’une pilote. Le circuit est réputé pour être très « dépendant de la température ». Une petite variation du mercure peut avoir un impact important sur le grip qu’un pilote ressent et donc sur la confiance qu’il éprouve sur sa moto. Pendant les séances d’essais libres du vendredi, les pilotes et leurs ingénieurs s’efforcent de comprendre autant que possible.

COURSE ET CHOIX DES PNEUS : L’importance de bien faire ses devoirs

« Normalement, lors de la première manche d’un week-end, nous tentons de comprendre le frein moteur et le traction control pour le grip. Puis, l’après-midi, nous effectuons un run plus long pour savoir comment adapter ces paramètres en fonction de la dégradation des pneus et de leur impact sur le chrono. À la fin de la séance d’essais du vendredi, nous utilisons toutes ces informations afin de préparer les cartographies pour la course et la stratégie pour savoir quand les utiliser. »

Changer et s’adapter aux exigences de la course est essentiel pour un pilote. Connaître le moment de modifier l’électronique devient de plus en plus important en WorldSBK, car le niveau de grip change tout au long de la course selon la dégradation des pneus et la diminution du carburant. Utiliser la séance d’essais du vendredi après-midi pour comprendre cela a été la clé du succès de Yamaha ces dernières années. Semaine après semaine, nous voyons la machine japonaise parcourir presque toute la distance de la course pendant la FP2. 

L’une des plus grandes décisions que les équipes doivent prendre pour cette simulation de course en FP2 est de savoir quel pneu est le plus susceptible de faire la course. Le plus souvent, en 2022, le choix se porte sur le SCX, mais Pirelli a apporté de nombreuses options cette saison, avec une innovation toujours proche de la surface en WorldSBK.

« Je détermine le plan de pneus pour le week-end en fonction de l’allocation et j’essaie toujours de travailler avec mon pilote sans être influencé par ce que font les autres, décalre Evangelisti. Habituellement, ma stratégie est de travailler le vendredi avec les pneus de course, puis d’utiliser la FP3 le samedi matin pour commencer à préparer la Superpole où nous utiliserons le pneu SCQ. »

« La Course Superpole de dix tours est une course très serrée au cours de laquelle les pilotes attaquent aussi fort que possible sans penser à la dégradation des pneus, donc pour nous, être capable de faire cette course avec le pneu qui garantit la meilleure adhérence est un avantage. Jusqu’à présent, nous n’avons pas été en mesure de faire la course sprint avec le SCQ, mais c’est certainement une solution que nous étudions soigneusement à chaque événement. »

Au Round de Misano, nous avons vu Honda opter pour le SCQ dans la Course Superpole et ils ont été récompensés par deux Top 5, tandis qu’à Donington Park, les quatre premiers pilotes l’ont tous utilisé et Toprak Razgatlioglu (Pata Yamaha with Brixx WorldSBK) a gagné. Attendez-vous à ce que ce soit la norme pour les équipes et les pilotes à l’avenir. 

IL FAUT FAIRE PREUVE DE CONVICTION : « Nous pouvons engranger de bons résultats… Je crois vraiment en Garrett ! »

Pour GYTR GRT Yamaha, l’une des plus grandes préoccupations sera de s’assurer que la seconde moitié de saison commence sur un certain rythme. Gerloff est monté sur le podium en WorldSBK, mais l’Américain a connu des moments délicats au cours des 12 derniers mois. Espérons que Magny-Cours sera un bon point de départ sur sa quête de podiums. Gerloff compte une septième place comme meilleur résultat depuis l’ouverture du calendrier, mais il a également démontré son potentiel. 

« Avec Garrett, nous avons passé une première partie de saison difficile avec des résultats qui ne reflètent certainement pas notre potentiel. À Most, nous avons fait d’importants pas en avant et je suis convaincu que notre véritable Championnat commencera à Magny-Cours. Je m’attends donc à une bonne fin de saison. Nous avons encore six Rounds et 18 courses à disputer, et je pense que nous pouvons en retirer de bons résultats. Je crois vraiment en Garrett, et je pense que nous pouvons bien faire pour le reste de la saison.»

Catégories

Uncategorized

fmfrancemotocyclisme Tout afficher

Présidente de la Fédération

%d blogueurs aiment cette page :