Accéder au contenu principal

MXGP 2022 – Saint Jean d’Angély

Le Motocross des Nations 2022 aura lieu aux Etats-Unis cette année, à RedBud pour être exact. Soit le circuit le plus légendaire du championnat américain, celui qui accueille traditionnellement le championnat le week-end du 4 juillet, la fête nationale américaine. Autant dire un monument historique du MX US, qui a déjà eu la chance de recevoir le Motocross des Nations en 2018. Et c’est l’équipe de France (Dylan Ferrandis/Gautier Paulin/Jordi Tixier) qui l’avait emporté à l’issue d’un week-end aussi gris et morose que la prestation de l’équipe des USA, seulement sixième de l’épreuve à domicile avec pourtant une très solide équipe.

Aaron Plessinger et Eli Tomac étaient en effet les champions Outdoor sortants, respectivement en 250 et en 450, et Justin Barcia avait réalisé une belle saison avec la quatrième place finale en 450. Les très patriotes américains avaient sombré à domicile, à la grande surprise de la plupart des observateurs.

Quatre ans plus tard, autant dire qu’ils veulent leur revanche. Autrefois imbattables, les glorieux américains se font désormais rosser tous les ans au Motocross des Nations comme des enfants pas sages, quelque soit les pilotes sélectionnés. Clairement, les Américains ne font plus peur, eux qui n’ont plus gagné depuis 2011 et Saint Jean d’Angély, avec Blake Baggett, Ryan Dungey et Ryan Villopoto. Une autre époque !

Avec le retour de la course dans le pays, ils sont pourtant plus motivés que jamais pour inverser la tendance. Seul problème de taille, la faiblesse du vivier de pilotes, notamment en MX2. Le championnat US est, rappelons-le, dominé par deux frères australiens, avec en lointain troisième homme un timide japonais (pléonasme ?). Le “best of the rest” est Justin Cooper, qui roule sur un pied depuis le début de saison, littéralement, à cause d’une blessure qui a du mal à s’estomper complètement. Alors, quelle solution ?

Déjà, nombreux sont ceux à réclamer la tête du manager Roger De Coster. “The Man” a beau être à lui seul un monument historique, il ne fait plus l’unanimité depuis longtemps. Trop impliqué avec le groupe KTM dont il est l’un des dirigeants US, certains autres teams ne veulent plus lui faire confiance en partageant, même l’espace d’un week-end, des informations avec lui, par exemple. Les pilotes ne partagent pas le même auvent, la cohésion n’est plus en place. Bref, l’équipe des USA est depuis trop longtemps une somme d’égos ajoutés et non une équipe au vrai sens du terme, ce qu’a su construire la France.

Cette année, l’AMA et Roger réfléchissent tout de même à une solution largement éprouvée au cours des années : faire descendre un top 450 en 250. Les exemples sont nombreux de tops pilotes dans la catégorie reine qui sont “descendus” en MX2/125, de Bob Hannah à Steve Ramon ou Seb Tortelli. Selon les rumeurs, Justin Barcia et Christian Craig tenaient la corde, mais on a appris hier soir que Barcia se retirait lui-même de la sélection via son Instagram : “Malheureusement, je me suis retiré de la course à la représentation sur la 250 cette année. J’ai roulé avec la moto il y a une semaine et j’ai dit à l’équipe que la moto et moi pouvions ramener la coupe à la maison pour les USA, mais après une tonne de discussions, je ne pense pas que ce serait juste pour l’équipe alors que je ne suis pas capable de me préparer à 100% sur une 250 en ce moment. Après Washougal, je suis retourné en Californie pour travailler avec le team sur la 450. Je ne suis pas encore arrivé à un point cette année où je sens que je roule à mon plein potentiel, donc je dois continuer à mettre toute mon attention sur la saison 450, ce qui ne me permet pas de consacrer assez de temps à la préparation da la course 250 au MXoN.”

Alors, Christian Craig ? Champion 250 SX cette saison pour la première fois, CC28 réalise une très solide année en Outdoor 450, pas loin du podium. Ce serait la tendance. Un choix cohérent, à moins que son coéquipier Justin Cooper, vainqueur d’une manche à Washougal, ne revienne d’un coup sur le devant de la scène.

Pourtant, une meilleure solution existe ! David Vuillemin l’a exprimé très clairement dans le PulpMX Show : mettre Eli Tomac sur la 250 ! Pourquoi ? La raison est simple : le pilote MX2 est régulièrement celui qui fait gagner ou perdre le Motocross des Nations à cause du système de points “scratch”. En gros, celui qui termine 1er marque 1 points, celui qui termine 21e marque 21 points, et ce quelque soit la catégorie. Il faut donc un pilote MX2 capable de se battre comme un chien après un mauvais départ (souvent le cas en MX2 avec les MXGP et Open) pour ramasser le moins de points possibles. Et ça, on peut compter sur Tomac, armé de la meilleure 250 du plateau avec la Yamaha Star Racing, pour s’y atteler, avec comme coéquipier Chase Sexton et Jason Anderson pour faire le reste du boulot en MX1 et en Open. Et boum, vous avez bien cette fois la meilleure combinaison possible, une Dream Team tout à fait capable d’enfin ramener le Trophée Chamberlain de l’autre côté de l’Atlantique, avant que de toute façon on le récupère l’an prochain à Ernée ! Qu’est-ce que vous pensez de l’idée ?

Catégories

Uncategorized

Service Communication Tout afficher

Fédération des Motards de France.

%d blogueurs aiment cette page :