Accéder au contenu principal

Les conseils en forte chaleur

En ces fortes chaleurs protégez vous !

Quels sont les principaux risques de rouler à moto par très forte chaleur :

  • Déshydratation et tout ce qui s’en suit : maux de têtes, fatigue, altération de la vision…
  • Surchauffe de la mécanique ; attention aux moteurs qui manquent d’huile, de liquide de refroidissement, etc.
  • Echauffement des freins : particulièrement en montagne et en descente.
  • Pneus qui surchauffent et dont le comportement peut se dégrader : si la pression de série est inadaptée (pression trop haute à froid), si la moto est fortement chargée
  • L’enrobé, parfois réparé par des bandes de bitume, peut surchauffer et fondre ; c’est un facteur possible de perte d’adhérence (en passant dessus, vous allez sentir la moto « flotter » comme sur une épaisse couche d’eau)

Les principaux conseils pour lutter contre la chaleur à moto :

  • Hydratez-vous ! Souvent, plutôt que beaucoup et trop rarement. Pas de boisson hyper sucrées, ni trop froides. Préférez l’eau plate pour vraiment vous recharger en eau et ajoutez une boisson « de plaisir », chaude ou froide. Certains roulent avec une poche à eau logée dans le sac à dos pourquoi pas. En complément, , notre article sur l’hydratation à moto par forte chaleur.
  • Déshabillez-vous ! Enfin, pas question de rouler en maillot de bain… Mais un t shirt technique, qui évacue la transpiration, suffira sous le blouson. Hormis pour éviter les coups de soleil sur la nuque, évitez les tours de cou. Ces derniers protègent, éventuellement, des projections de graviers.
  • L’équipement ventilé : Nous le répétons souvent, , un blouson mesh, spécial été, c’est le top pour affronter les 30°C et plus ! Et c’est un investissement rentable à 150 € en moyenne que vous retrouverez tous les ans avec bonheur. Si vous pouvez utiliser des gants plus légers et ventilés, c’est mieux. Pour le reste, nous conseillons tout de même le casque intégral, la meilleure protection qui soit. Libre à vous de porter ce que bon vous semble, mais adaptez alors votre conduite, votre allure.
  • Les pauses à l’ombre. Lors des arrêts, même de trois minutes, choisissez au maximum les espaces ombragés. Ça n’a l’air de rien, mais ça change tout sous un soleil de plomb et 35°C. Si votre arrêt dure quelques minutes, ça vaut la peine de retirer le casque, de s’hydrater et surtout d’éteindre son moteur souvent.
  • En ville, dans les villages, anticipez les arrêts pour ne pas griller sur place ! Vous voyez au loin le feu tricolore qui passe au rouge… réduisez votre allure pour arriver à son approche lorsqu’il repassera au vert. C’est également un petit réflexe à avoir, mais qui change tout. Par 35°C et plus, rouler à 25 km/h est vraiment préférable qu’à 40 km/h et de devoir s’arrêter 30 secondes pour rôtir sous le soleil. Dans la continuité, tâchez d’avoir une batterie bien chargée pour éteindre souvent votre moteur lors des arrêts. Ceux qui conduisent des gros twins italiens le savent bien, ça chauffe les cuisses ces moteurs là… Et si pas assez chargée, la batterie peut vous lâcher et la séance de poussette en temps de canicule, merci bien.
  • Sachez qu’il existe des gilets rafraichissants, si ça existe et nous avons un article compilation complet sur la chaleur et la moto.

Catégories

Uncategorized

fmfrancemotocyclisme Tout afficher

Président de la Fédération (en second)

%d blogueurs aiment cette page :