Accéder au contenu principal

Le prologue du Dakar 2022

L’ŒIL DANS L’OBJECTIF


C’est par un format d’étape inédit que les 409 véhicules ont entamé le Dakar. Partis de Jeddah le long de la Mer Rouge pour un transfert de 225 kilomètres plein Nord, c’est aux portes de la région de Médine que le départ de la spéciale de qualification a été donné. Un sprint inaugural de 19 kilomètres qui annonce déjà la couleur : des pistes sablonneuses et des dunes pour un chrono 100% sable, au cours duquel les concurrents ont gravi et dévalé des dunes, parfois cassées, le point culminant de cette étape se situant à près de quatre-cent mètres d’altitude. Un vrai parcours de santé qui réclamait d’être déjà bien en jambes, à l’image du jeune motard Daniel Sanders (voir Stat’ du jour) ou de l’inoxydable Nasser Al Attiyah, gonflé à bloc par une saison 2021 jalonnée de victoires. 614 kilomètres de liaison en direction du Nord-Est attendaient ensuite la caravane pour rallier Ha’il où le podium du grand départ les attendait pour l’étape en boucle 1B de demain.

L’ESSENTIEL

Dans Sanders, il y a « sand » ! Sensation du Dakar 2021, le pilote australien confirme ses dispositions sur cette courte étape sablonneuse (voir Stat du jour), où son poursuivant Pablo Quintanilla a lui aussi montré qu’il savait changer de chemise avantageusement après être passé chez Honda.

Ce n’est pas une surprise si Nasser Al Attiyah se montre à son aise dans le sable : sa 42e victoire d’étape est également la 6e en ouverture du Dakar. Il devance de 12’’ Carlos Sainz, qui n’a pas attendu pour forcer l’allure avec sa toute nouvelle Audi. Deux pilotes sud-africains, Brian Baragwanath avec un buggy CR6 et le coéquipier d’Al Attiyah chez Toyota Henk Lategan, suivent de près le duo des triple vainqueurs, tandis que Sébastien Loeb ferme le Top 5 au volant du Hunter de BRX.

Les « Proto-légers » ont vu une démonstration inattendue des OT3-Red Bull (voir Perf du jour), menés par Seth Quintero, tandis que les SSV ont été dominés par la famille Goczal, le grand frère Marek en tête pour sa première victoire d’étape, juste devant Michal. Les Kamaz ont quant à eux accompli un sans-faute absolu en plaçant leurs quatre camions en haut du classement, avec une 22e étape dans la besace personnelle du revenant, Eduard Nikolaev.

LE COUP DUR DU JOUR


La 25e place du jour de « Nacho » Cornejo, loin de la barrière du top 15 autorisant à choisir son ordre de départ de demain, pourrait laisser croire à une contre-performance. Ses trois coéquipiers de chez Honda sont tous rentrés dans les clous du petit jeu de la spéciale de qualification. Mais seul Pablo Quintanilla, 2e, a réalisé une bonne opération.

En effet, Barreda et Brabec, respectivement 10e et 12e, se contenteront des miettes au moment de choisir leur position de départ pour l’étape 1B. Nacho lui, a préféré jouer à qui perd gagne ! En rendant la main volontairement, il a certes perdu du temps (8’45’’ au total), mais il s’est assuré une place d’observateur. Celui qui se battait l’an dernier pour la victoire jusqu’à l’avant-veille de l’arrivée ne dissimulait pas son jeu une fois arrivé au bivouac de Ha’il : « Aujourd’hui, il était possible de gagner beaucoup, mais il y avait tout autant à perdre à se retrouver au-delà du milieu du pack de 15. J’ai donc décidé de jouer la sécurité. Je perds un peu de temps aujourd’hui, mais je pourrai le rattraper dans les prochains jours. » Alors, un vrai coup dur ?

Catégories

Uncategorized

Service Communication Tout afficher

Fédération des Motards de France.

%d blogueurs aiment cette page :