Accéder au contenu principal

Fabio Quartararo au sommet !

Fabio Quartararo (Yamaha) a décroché le titre de champion du monde dimanche au Grand Prix d’Émilie-Romagne après la chute de Francesco Bagnaia (Ducati) à cinq tours de l’arrivée. Le Français a fini 4e d’une course remportée par Marc Marquez (Honda).

Le jour de gloire de Fabio Quartararo est arrivé, dimanche à Misano ! Seulement 15e sur la grille de départ du Grand Prix d’Émilie-Romagne après une journée de samedi difficile sur une piste humide, Fabio Quartararo a fini 4e de la course dimanche. Cela n’aurait pas suffi à lui offrir le titre mondial, le premier d’un Français dans la catégorie reine, si Francesco Bagnaia (Ducati), en tête durant 22 tours après être parti de la pole, n’avait pas chuté à cinq boucles de l’arrivée.

L’Italien, quasiment contraint de s’imposer lors des trois dernières courses de la saison pour conserver un espoir de titre mondial, avait pourtant jusque-là parfaitement géré la pression que lui mettait Marc Marquez (Honda) depuis le départ. Il avait même réussi à creuser un petit écart, de cinq dixièmes, pour s’offrir une fin de Grand Prix plus sereine.

Mais il a commis l’erreur de trop, celle qu’il ne pouvait pas se permettre de commettre. Il est rentré à son stand la tête basse, alors que le Français est lui passé devant la carcasse de sa Ducati, et a filé vers son premier sacre mondial, à 22 ans.

Et ce titre, il le mérite amplement, car le Niçois n’a pas joué petit bras dimanche. Après son samedi compliqué, il a redressé la barre sur une piste redevenue sèche. Seulement 17e à la fin du premier tour après un envol loupé, il ne s’est pas affolé, et a lentement mais sûrement remonté le peloton, enchaînant les dépassements pour atteindre le top 10 dès le 6e tour.

Troisième succès cette saison pour Marquez

Devant, la bataille Bagnaia-Marquez faisait rage, mais le pilote Yamaha récitait lui sa partition. Jorge Martin, Franco Morbidelli, Luca Marini, Alex Rins, aucun n’a résisté à la furia Quartararo, bien décidé à concéder le moins de points possible à Bagnaia. Au moment de la chute de l’Italien, le Français était 5e, et conservait encore 38 points d’avance avant les deux dernières courses. Il n’aura finalement pas besoin d’attendre plus longtemps avant de célébrer son jour de gloire.

Marquez a lui aussi profité de la chute de Bagnaia, pour s’offrir sa troisième victoire de la saison, sa deuxième consécutive après Austin, devant Pol Espargaro (Honda) et Enea Bastianini (Ducati). On salive déjà de son futur duel avec le Niçois la saison prochaine, qui promet énormément d’émotions.

Catégories

Uncategorized

Service Communication Tout afficher

Fédération des Motards de France.

%d blogueurs aiment cette page :