Accéder au contenu principal

Ouverture de la saison sable 2022

Ce week-end, le championnat de France de courses moto sur sable reprend enfin ses droits après une première étape à Berck-sur-Mer annulée suite à la pénurie d’essence. À Loon-Plage pour la reprise, Milko Potisek entame la défense de son titre de champion de France acquis l’an passé. L’occasion de balayer avec lui la riche actualité du motocross.

Milko, vous êtes champion de France en titre de courses moto sur sable, quelles sont les ambitions pour cette saison ?

C’est de faire tout aussi bien que l’année passée. C’est vrai que je reste sur une grosse saison et je continue vraiment à m’entraîner comme il faut avec les mêmes objectifs. On n’a pas eu Berck le week-end dernier donc ça va faire du bien d’être de retour en compétition puisque ça a été confirmé par le club que ça allait bien avoir lieu. On commence direct par une endurance comme à l’Enduro alors que normalement, on reprend sur un format un peu plus motocross avec des manches.

Qu’est ce que vous pensez de la création d’un championnat du monde de trois épreuves, dont l’Enduropale, qui a été annoncé il y a quelques jours ?

Je l’ai appris en même temps que tout le monde. En soi, je pense que ça peut être une bonne chose et ça peut être sympa. Le Touquet, tout le monde connaît cette course. L’Argentine (deuxième épreuve), j’y suis déjà allé et j’ai même gagné et je sais que c’est une course superbe aussi. Le seul point dommage c’est le Portugal (dernière épreuve) qui est très loin des autres avec dix mois entre la course en Argentine en février et l’étape portugaise en décembre. Mais les courses de sable s’émancipent un peu plus et c’est bien pour tout le monde.

Est-ce que ça change quelque chose à votre préparation et votre planning ?

Ça ne change rien du tout. À vrai dire, je sais évidemment que je serai au départ du Touquet puisque ça fait partie du championnat de France et c’est mon objectif principal. Mais pour le reste, je n’en ai pas parlé avec les gens de chez Yamaha (son partenaire moto), pour savoir si tout le monde allait s’y engager, donc je prendrai ma décision après l’Enduro.

L’objectif principal cette année, c’est la passe de 4 au Touquet ?

Oui forcément. Il ne me reste plus dix ans à rouler là-bas et j’ai toujours dit que quatre victoires sur l’Enduro, ce serait super. Donc on va faire en sorte que ce soit dès cette année. Ce sera mon temps fort de la saison. Après, le championnat de France, je m’y engage vraiment parce que c’est bien d’avoir un championnat de France avec six épreuves donc j’essaye vraiment d’être compétitif sur chaque course.

Si je vous dis, vainqueur au Touquet mais pas champion de France ou champion sans la victoire à l’Enduro, vous choisissez quoi ?

La victoire à l’Enduropale sans hésitation !

Catégories

Uncategorized

Service Communication Tout afficher

Fédération des Motards de France.

%d blogueurs aiment cette page :