Accéder au contenu principal

Une détection qu’il faut pendre en compte pour la détection des motards

Une détection fiable des motos par les systèmes d’assistance à la conduite dans les voitures est essentielle pour éviter les collisions et réduire le nombre d’accidents de motocyclistes.


Un livre blanc publié par le Connected Motorcycle Consortium (CMC) présente l’état actuel des systèmes avancés d’assistance à la conduite automobile du point de vue de la détection des deux-roues. Il présente également une évaluation des méthodes potentielles pour améliorer la visibilité des deux-roues motorisés et analyse les études pertinentes antérieures.

Tout comme la FEMA, le Connected Motorcycle Consortium pense que les deux-roues motorisés doivent être inclus dans le développement de la procédure de test ADAS (Advanced Driver Assistance System) et introduits rétroactivement dans ceux existants.


Les deux-roues motorisés sont souvent mal détectés, ou leur vitesse et leur distance sont mal évaluées par les autres usagers de la route. Les systèmes avancés d’aide à la conduite (ADAS) aident les conducteurs de voitures particulières à éviter les situations dangereuses dans de nombreux scénarios de circulation et ont un potentiel élevé pour réduire les accidents de collision avec les deux-roues motorisés. Porté par cette thèse et préoccupé par le potentiel défaut de perception des deux-roues motorisés, le Connected Motorcycle Consortium (CMC) a mené une étude approfondie sur la visibilité des deux-roues motorisés.


Les systèmes d’aide à la conduite autonomes et avancés ont considérablement évolué ces dernières années. Au fur et à mesure que les conducteurs se familiarisent avec l’ADAS, ils ont tendance à s’appuyer davantage sur cette technologie et accorderont par la suite moins d’attention pendant la conduite. Les deux-roues motorisés (2RM) sont considérés comme appartenant à la catégorie des usagers vulnérables de la route.

En combinaison avec leur petite taille, ils nécessitent une attention particulière pour être vus et remarqués par les autres usagers de la route. Par conséquent, une détection fiable d’un deux-roues motorisé par le système ADAS d’une voiture de tourisme est essentielle pour éviter les collisions entre les deux-roues motorisés et réduire le nombre d’accidents de motocyclistes.


Ces dernières années, le nombre d’accidents de voiture mortels a diminué en Europe. Cet objectif a été atteint grâce à un certain nombre d’initiatives, telles qu’une diminution des limites de vitesse et l’utilisation obligatoire d’équipements de sécurité. L’ADAS a également joué un rôle dans la réduction de ces chiffres. Cependant, en ce qui concerne les motos, nous devons noter que leur petite section transversale à l’avant ou à l’arrière peut entraîner des difficultés pour les ADAS des voitures particulières à les détecter. Préoccupé par ce défi, CMC a décidé d’étudier le rôle et l’efficacité de l’ADAS dans la détection des motos et la prévention des accidents.

Le Connected Motorcycle Consortium (CMC) est une collaboration entre constructeurs, équipementiers, chercheurs et associations pour faire des deux-roues motorisés (motos et scooters) une composante de la future mobilité connectée. CMC est une organisation à but non lucratif créée par les principaux fabricants de motos dans le but de promouvoir et de développer les systèmes de transport intelligents coopératifs (C-ITS) à l’échelle mondiale. La FEMA est un soutien officiel du Connected Motorcycle Consortium.

Dans le livre blanc, un état des lieux de la détection des 2RM par l’ADAS des voitures particulières est présenté, ainsi que les pistes d’amélioration de la visibilité des deux-roues motorisés. L’accent est mis sur l’analyse des recherches actuelles, des articles universitaires, des rapports techniques et d’autres études qui ont déjà traité de la visibilité des deux-roues motorisés.

L’un des principaux enseignements du livre blanc : « On peut émettre l’hypothèse qu’à mesure que les conducteurs se familiarisent avec les systèmes d’aide à la conduite avancés, ils s’appuient davantage sur la technologie et deviennent moins attentifs à la tâche de conduite.

Une conséquence possible de la mise en œuvre à grande échelle de l’ADAS pourrait être une augmentation du nombre d’accidents de deux-roues à moteur, même si le nombre d’accidents voiture-voiture diminue. 

Les études montrent une part importante d’échecs pour la détection des deux-roues motorisés par les ADAS des voitures, mais ne sont pas représentatives, du fait du faible nombre de répétitions d’essais et de types de deux-roues motorisés. Des études approfondies sur la détection des deux-roues motorisés devraient donc être menées à l’avenir.

De plus, les deux-roues motorisés devraient être inclus dans le développement futur des procédures de test ADAS et introduits rétroactivement dans ceux qui existent déjà.

En réponse au livre blanc, l’ACEM (Association européenne des constructeurs de motos) a déclaré : « Les conducteurs de deux-roues motorisés sont des usagers de la route vulnérables qui nécessitent une attention particulière de la part des autres usagers de la route en raison de la taille relativement petite du véhicule. Cette question est devenue encore plus importante avec l’introduction par les constructeurs automobiles de véhicules automatisés de niveau 3 et 4, le niveau 3 transférant (au moins temporairement) la responsabilité du contrôle du véhicule au véhicule lui-même. Les constructeurs de motos craignent sérieusement que cela n’entraîne une augmentation des accidents de deux-roues, car les automobilistes commencent à devenir plus dépendants des ADAS de niveau 1 et 2 et moins attentifs aux autres véhicules qui les entourent. 

Les experts de l’industrie de la moto craignent également que les voitures modernes ne disposent pas d’un équipement suffisamment robuste pour détecter correctement les motos. Dans ce contexte, la détection fiable des deux-roues motorisés par les ADAS des voitures particulières est absolument essentielle pour éviter les collisions entre les deux-roues motorisés et pour diminuer le nombre d’accidents de moto. Les voitures particulières devraient être capables de reconnaître de manière appropriée les manœuvres des motos dans la circulation ordinaire, telles que la circulation interfiles, se pencher dans les virages ou changer de voie.

Écrit par Wim Taal
Sources : CMC et ACEM
Photo du haut avec l’aimable autorisation de Lukas Barth/Audi
Cet article est soumis au droit d’auteur de FEMA

Catégories

Uncategorized

Service Communication Tout afficher

Fédération des Motards de France.

%d blogueurs aiment cette page :