Accéder au contenu principal

Etape 4 du Dakar

Joan Barreda, vainqueur de la 4e étape motos, Adrien Van Beveren recule à la 3e place du général.

L’Espagnol Joan Barreda (Monster Energy Honda) a remporté mercredi la 4e étape motos, la plus longue spéciale de ce Dakar 2022.


« Bang Bang » a encore frappé. Joan Barreda a signé son deuxième succès sur ce Dakar 2022 en remportant, mercredi 5 janvier, la 4e étape deux jours après sa première victoire dans cette édition.


Sur les routes entre Al Qaisumah et Riyadh, la plus longue spéciale de cette édition (465 kilomètres), l’Espagnol a su déjouer les pièges, surtout en fin de parcours, pour s’imposer. Le pilote Monster Energy Honda a devancé son coéquipier Pablo Quintanilla (+4’37 ») et l’habituel pilote MotoGP Danilo Petrucci (Tech 3 KTM, +6’53 »), pour sa première participation. Le Britannique Sam Sunderland a assuré (7e du jour, à plus de dix minutes) et conserve la tête du classement général. Le Français Adrien Van Beveren glisse de la 2e à la 3e place.


Ils la redoutaient particulièrement. Nombreux étaient les pilotes, de toutes les catégories, à avoir admis sans détours que cette quatrième étape avait été notée comme une des plus piégeuses, par son nombre de bornes, et par sa deuxième partie plus technique. Il ne fallait ainsi pas forcément partir à l’avant, mais plutôt profiter du sillon laissé par les concurrents partis en premier pour briller. Le vainqueur de mercredi Joaqium Rodrigues a payé pour voir, terminant la journée avec une demi-heure de retard sur la tête. Ses compagnons sur le podium de la troisième étape, Toby Price et Mason Klein n’ont guère fait mieux (+27’30 », et +24’48 »).


Barreda – Petrucci, duo d’enfer


Pour dompter la spéciale du jour, il fallait un vrai chasseur d’étapes du Dakar. Qui d’autre que Joan Barreda pour tenir ce rôle ? Le motard en activité le plus prolifique a décroché sa 29e victoire d’étape de sa carrière, et ne pointe plus qu’à quatre longueurs du duo français record Stéphane Peterhansel – Cyril Després, et leur 33 succès.

L’Espagnol a su allier vitesse et polyvalence sur un tracé qui a mêlé grandes plaines puis dunes et graviers. « J’étais parti dans une position loin derrière, et comme je me sentais fort, j’ai attaqué toute la journée, a-t-il déclaré à l’arrivée. Tout va bien, j’ai juste une tendinite au bras qui me fait un peu souffrir après une chute le premier jour dans les cailloux, donc j’ai une petite inflammation mais je vais gérer ça pour continuer d’attaquer. »


Attaquer, Danilo Petrucci sait faire. Un des invités-surprises de ce Dakar 2022, l’Italien a confirmé qu’il n’était pas venu que pour le folklore. Le pilote KTM est venu se faire la main en Arabie Saoudite pour découvrir une nouvelle aventure, et oublier une saison MotoGP particulièrement frustrante avec KTM. L’homme aux deux victoires en Grand Prix a bien cru que la poisse allait continuer à le poursuivre, entre préparation chaotique (blessé à la cheville, puis positif au Covid-19), et deuxième étape infernale lundi, qui lui a valu de faire appel à l’assistance pour poursuivre le Dakar, hors du classement général.


Avec quelques 200 premiers kilomètres plutôt roulants, « Petrux » a pu faire parler sa vitesse de pointe, lui qui est habitué à atteindre les 330 km/h sur bitume. Il n’a finalement cédé du terrain que dans le dernier tiers du parcours, laissant le Chilien Pablo Quintanilla s’infiltrer au deuxième rang. Finalement troisième, Petrucci prend tout de même date pour l’avenir.

Autre petit nouveau en verve, l’écurie française Sherco Factory s’est aussi signalé avec un tir groupé : le Portugais Rui Gonçalves 4e, l’Espagnol Lorenzo Santolino 5e. « Santo » en profite pour se rapprocher au classement général, à 10’28 » du leader Sam Sunderland et un peu plus de cinq minutes du podium. Sunderland (Gasgas) a préféré maîtriser que passer à l’offensive et confirme son ambition de victoire finale.

Un constat également valable pour l’Autrichien Matthias Walkner, 8e de l’étape juste derrière le leader du général, et nouveau dauphin du Britannique au classement. Parti avec seulement quatre secondes de retard sur Sunderland, Adrien Van Beveren a concédé près de cinq minutes, mais reste placé en embuscade (+4’54 »).

Catégories

Uncategorized

Service Communication Tout afficher

Fédération des Motards de France.

%d blogueurs aiment cette page :